by


Dans les bottes de nos agriculteurs​

Luke Doughty, un jeune berger de 25 ans, vit dans un petit village du nom de Rosedale dans le North Yorkshire en Angleterre. Il gère une ferme dans les montagnes avec environ 200 brebis, principalement des moutons Swaledale et des brebis Mule.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre troupeau ?

Les moutons Swaledale sont une bonne race rustique. Ils possèdent des cornes, un pelage dense qui recouvre leur tête pour les protéger de la météo et une épaisse toison qui les protège des éléments.

Dans les bottes de nos agriculteurs​

À quoi ressemble la vie dans le Yorkshire ?

C’est important d’être à côté de sa famille lorsqu’on vit dans une région reculée, notamment de mon père qui nous a appris beaucoup de choses sur les moutons. Mon frère est très intéressé par le métier maintenant, alors j'espère qu'il rejoindra bientôt l'entreprise familiale.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’aide que vous avez dû obtenir pour en arriver là où vous êtes aujourd’hui ?

L’organisation caritative Princes’ Trust a été d’une grande aide car dans nos petites fermes il n’y a pas de financement, il n’y a pas d’argent. L’organisation m’a versé la moitié de mon salaire pendant que je réalisais mon apprentissage, qui a duré deux ans... Cela aide vraiment beaucoup d’autres petits agriculteurs, autrement les personnes comme moi n’ont pas la chance de pouvoir apprendre les compétences traditionnelles. Sans cela, nos exploitations seraient en train de disparaître. C’est un métier en voie d’extinction, tout le monde se rend dans les grandes fermes où il y a plus d’argent.

Dans les bottes de nos agriculteurs​

Comment vendez-vous votre bétail ?

Pour vendre notre bétail, nous l’amenons au marché aux enchères local situé à quelques kilomètres. Cela nous permet de sortir de la ferme une journée, de quitter la vallée, de voir d’autres agriculteurs et d’avoir un peu de contact humain.

Lorsque nous vendons une grande partie de notre bétail parce que les conditions sont rudes et que la qualité de l’herbe n’est plus aussi bonne, les personnes reviennent parce que lorsqu'ils achètent les moutons et les emmènent en bas de la montagne, ils se portent mieux. Ils s'améliorent automatiquement lorsqu'ils ont une meilleure herbe, une meilleure nourriture.

À quoi ressemble une journée type ?

Ma journée type l’hiver consiste à nourrir les moutons et à m’occuper des brebis. Il y a différentes saisons dans le North Yorkshire. On passe du très chaud au très froid avec une météo humide pendant longtemps. Nous avons besoin d’être bien équipés, notamment avec de bonnes bottes imperméables, car il y a beaucoup d’endroits inaccessibles. Nous sommes donc amenés à marcher beaucoup de kilomètres tous les jours.

Retour aux articles