by


Dans les bottes de nos agriculteurs​

Éric de Gouville est un agriculteur installé depuis deux générations dans la région des Landes, dans le sud-ouest de la France. Il a repris les rênes de l’exploitation en 1998 à la suite de son père qui était agriculteur sur ces terres depuis 1969. Au cours des 50 dernières années, l’agriculture en France a connu des changements considérables notamment avec les nouvelles découvertes sur la terre et l’utilisation de technologies pour augmenter le rendement agricole. Éric raconte comment ces changements l’impactent lui et son quotidien.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos cultures ?

Nous sommes spécialisés dans la production de légumes, avec des petits pois, des haricots verts, des carottes et du maïs doux. Nous plantons également des bulbes pour les agriculteurs hollandais, nous les faisons pousser et les déterrons une fois qu’ils ont suffisamment poussé. Ma fille travaille maintenant à l’exploitation. Elle s’occupe principalement de la partie biologique de notre production, que nous sommes actuellement en train de développer. Elle produit des haricots verts, des pommes de terre, et pour la première fois cette année, du maïs doux. Le tout bien entendu biologique. Nous souhaitons développer cette partie de notre production, qui est un circuit plus court entre l’exploitation et le marché, sans passer par les coopératives et les grossistes habituels. Nous espérons que cela apportera une valeur ajoutée à notre exploitation.

Dans les bottes de nos agriculteurs​

Qu’est-ce que la terre des Landes a de si spécial ? 

La terre de l’exploitation est principalement composée de sable noir, caractéristique de notre région. Ce sol sablonneux noir offre d’excellentes conditions de pousse pour les plantes car il possède de très bonnes propriétés de drainage. Il est également enrichi avec les nutriments des feuilles, des racines et de toutes les autres matières végétales qui se décomposent de la précédente saison. Cela signifie que le sol est très riche en nutriments et en matière organique, ce qui facilite la culture des prochaines saisons.

En été, nous irriguons les cultures pour qu’elles aient suffisamment d’eau, et en hiver, nous drainons la terre pour qu’elle ne soit pas saturée d’eau.

Pouvez-vous nous parler des changements technologiques qui se sont opérés au cours des 10 dernières années ?

L’utilisation des technologies dans le domaine de l’agriculture a considérablement changé et nous avons été témoins d’incroyables progrès entre la création de l’exploitation par mon père et aujourd’hui. Les technologies s’intègrent à nos tâches quotidiennes, de nos tracteurs à nos épandeurs d’engrais. Les systèmes d’irrigation sont directement gérés depuis nos téléphones pour contrôler les niveaux d’eau, lancer ou stopper les systèmes. Des sondes nous permettent de contrôler les taux d’humidité de la terre et de déterminer si elle a besoin d’eau ou non.

On the feet of our farmers

Nous disposons de technologies pour connaître les niveaux d’eau et d’engrais consommés par les plantes. Ainsi, nous pouvons contrôler de très près la production et le rendement.

Des cartes de rendement connectées à nos moissonneuses-batteuses nous permettent d’identifier les champs les plus fructueux

pour connaître exactement quelle quantité nous avons récolté dans une zone particulière : où nous avons récolté plus, où nous avons récolté moins. Nous sommes désormais de plus en plus précis en matière d’utilisation, qu’il s’agisse d’engrais, de graines ou d’eau. Cela nous permet de contrôler que nous ne polluons pas les terres et que nous ne gaspillons pas de produits.

Il s’agit d’une partie très intéressante de notre travail et les technologies jouent désormais un rôle central dans l’agriculture d’aujourd’hui.

Quelle est l’importance de vos bottes ?

Les bottes sont un élément majeur de notre équipement, au même titre que le pantalon ou la veste. Nous les portons tout l’hiver car le sol est mouillé par la rosée du matin, et lorsqu’il pleut, nous devons avoir les pieds au sec. Mais par-dessus tout, nous avons besoin d’une paire de bottes confortable et dans laquelle nous sommes à l’aise. Lorsque vous marchez, vous n’avez pas envie d’avoir mal aux pieds. L’hiver, avec les températures qui chutent, nos pieds doivent être bien au chaud et protégés. Les bottes Cérès sont isolantes ce qui permet d’avoir les pieds au chaud l’hiver. Il est très important que nos pieds soient bien soutenus et que nous soyons à l’aise pour marcher. 

Retour aux articles